6 traits essentiels d’un bon caractère

Ce qui suit est ce que je crois être les bases de la bonne moralité. Si vous ratez l’un d’entre eux, vous trouverez un maillon faible dans votre caractère – un lien qui pourrait être la cause de la perte de votre leadership. Voici donc les 6 traits d’un bon caractère de leader :

Autre article : Comment construire un caractère de gagnant

1. Intégrité

L’intégrité est un bon mot qui ressemble au caractère mais qui nous offre une manière différente de voir les idées du caractère. La racine de l’intégrité signifie «ensemble» ou «indivis» et c’est un excellent moyen de nous aider à comprendre ce que l’intégrité est : une vie indivise. Par exemple, vous n’agissez pas d’une manière ou d’une autre dans une situation donnée. Votre vie est intègre. Vivre de cette façon créera la confiance dans vos suiveurs. Une autre utilisation du mot intégrité qui nous fournit un aperçu est utilisée lorsque le mot est utilisé en ce qui concerne une structure physique. Un mur ou un bâtiment solide et sans fissures est réputé intègre. La même chose pourrait être dite pour les grands leaders.

2. Honnêteté

On dit régulièrement que l’honnêteté est la meilleure politique, mais j’ajouterais que l’honnêteté est la seule politique des grands leaders. Pensez-y. Pourquoi les gens protègent-ils la vérité ? Généralement pour quelques raisons de base : soit ils ont peur des ramifications, soit ils essaient de cacher quelque chose. De toute façon, un manque d’honnêteté entraîne le fait que vous détruisez la confiance de ceux qui vous suivent. Même si vous leur dites la vérité mais qu’ils savent que vous avez menti à d’autres personnes, cela détruira la confiance que vous aviez envers eux. Ils se retrouvent à penser : “S’il leur ment, est-ce qu’il me ment ?”

Je n’ai jamais compris ce que les gens espéraient accomplir en étant malhonnête. Les gens finissent par se rendre compte que vous n’êtes pas honnête dans vos relations, et c’est pour cela que vous vous faites connaître. Votre réputation repose sur votre leadership. Lorsque nous sommes honnêtes et vivons en transparence devant nos suiveurs, ils sont en mesure de nous voir et de prendre des décisions éclairées.

3. Fidélité

Les personnes de bonne moralité sont des personnes loyales. Ils ont une attitude «collante» à l’égard des autres. Quiconque connaît la nature humaine sait que les gens échouent. C’est juste une question de temps, peu importe le talent de quelqu’un. Une personne de bonne moralité reste avec ses amis même pendant les temps morts. Tout le monde peut être ami avec les autres quand les temps sont bons. Les personnes de bonne moralité restent avec leurs amis quand elles en ont le plus besoin. Voici comment cela se traduit par le fait que vous devenez un bon leader : Les gens veulent suivre un leader qui les poussera au-delà de leur position actuelle, mais qui leur permettront également d’essayer et d’échouer. Lorsque nous sommes fidèles à nos abonnés, ils nous le feront et feront tout leur possible pour réussir en notre nom et au nom de l’organisation. Peu de choses renforcent davantage le lien leader-suiveur que lorsqu’un leader montre sa loyauté à un suiveur dans le besoin.

4. Sacrifice de soi

Lee Iacocca est devenu une légende en déclarant qu’il ramènerait Chrysler au bord de la faillite et qu’il ne toucherait qu’un dollar par an. C’était un exemple classique de chef sacrifiant pour les adeptes. Cela montrait également sa compréhension et son empathie avec le travailleur de ligne moyen. En conséquence, les travailleurs de Chrysler le récompensèrent d’un nombre incroyable de spectateurs en construisant Chrysler au rang des plus grandes entreprises automobiles du monde.

Qu’y a-t-il dans le sacrifice de soi qui engendre des adeptes ? Les partisans ne se gênent pas pour faire le travail dur. Cela ne dérange même pas un dirigeant de gagner plus d’argent ou de tirer profit de son travail. Cependant, ce que les adeptes pensent, c’est lorsque le chef les utilise à des fins personnelles. Les gens de bonne moralité n’utilisent pas d’autres personnes, point à la ligne. Ainsi, lorsqu’un dirigeant montre le sacrifice de son gain personnel, il dit aux adeptes qu’il est prêt à les accompagner – et les adeptes le récompensent presque universellement. Une personne de bon caractère montre qu’elle peut renoncer à un gain personnel pour le bien de l’ensemble.

5. Responsabilité

Les personnes de bonne moralité ne s’inquiètent pas de la responsabilité. En fait, ils s’en félicitent. Il s’agit de permettre aux autres d’avoir leur mot à dire dans votre vie, de vous parler directement de votre vie et de votre conduite. La vérité brutale est que nous avons des angles morts et que nous avons besoin que d’autres personnes soient proches de nous pour pouvoir progresser sur la voie du succès. La nécessité de rendre des comptes ne prouve pas le manque de caractère. Cela prouve plutôt la présence de caractère. G.K. Chesterton a déclaré : «Le péché originel est la seule philosophie validée empiriquement par 3 500 ans d’histoire humaine.» La personne de bonne moralité le sait et invite les autres à parler dans leur vie.

Les suiveurs en ont assez des leaders qui n’auront rien à faire avec la responsabilité. Ils ne s’inquiètent pas des leaders qui font des erreurs, mais ils craignent des leaders qui ne prennent pas la responsabilité de leurs erreurs en rendant des comptes. Lorsque nous nous permettons d’être tenus pour responsables, nos adhérents savent que nous tenons vraiment à garder notre propre maison en ordre et que, par conséquent, nous ferons du bon travail en dirigeant le reste de l’organisation.

6. Maîtrise de soi

La capacité de prendre des décisions – de bonnes décisions – sur ce que nous ferons et ne ferons pas avec nos actions est au cœur de ce que nous devenons en ce qui concerne notre caractère. Il y aura beaucoup d’options pour participer à des choses qui ne sont pas morales. Tout le monde a des tentations, mais une personne de bon caractère sait faire preuve de maîtrise de soi – d’un contrôle littéral sur ses choix. Quand les gens n’exercent pas la maîtrise de soi, ils sabotent leur capacité à diriger. Les gens perdent leur respect et suivront moins, voire pas du tout. La maîtrise de soi est la capacité de choisir de faire ce que nous devrions, et de nous abstenir de faire ce que nous ne devrions pas faire. Lorsque nous faisons preuve de maîtrise de soi, nous établissons à nouveau la confiance en nos suiveurs. Ils nous respectent et veulent nous suivre.

Autre article : 7 traits de personnalité d’un grand leader

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.